Soutenez-nous
Actualités

Les consommateurs appellent les épiceries à retirer le maïs sucré OGM

Image mais sucreLes détaillants face aux demandes des consommateurs qui souhaitent retirer le maïs sucré OGM

Le 26 février 2014, les principales chaînes d’épicerie du Canada ont encore été rappelées à l’ordre par leurs consommateurs à propos des OGM dans leurs magasins et en particulier sur le maïs sucré génétiquement modifié.

« Nous ne voulons pas de maïs sucré génétiquement modifié dans nos épiceries. Ce maïs créé pour tuer les insectes n’est pas appétissant », a déclaré André Nault de Vigilance OGM. « Le maïs sucré génétiquement modifié est le premier aliment génétiquement modifié à consommation humaine directe au Canada et les consommateurs ne veulent pas manger de maïs génétiquement modifié pour tuer des insectes ».

Le maïs sucré est génétiquement modifié afin d’être toxique pour une classe d’insectes spécifique. Ainsi, les ravageurs mangeant le maïs sucré meurent.

La pétition « Retirez le maïs sucré OGM! » a été signée par plus de 9291 consommateurs et consommatrices, puis envoyée aujourd’hui aux grandes chaînes d’épiceries — Loblaw, Metro, Sobeys (IGA), Walmart Canada, Jim Groupe Patterson (Save On Foods/Overwaitea) et Farm Boy. La pétition demande aux détaillants de s’assurer que leurs magasins sont exempts de maïs sucré génétiquement modifié, et de tout autre fruit ou légume génétiquement modifié. Les signatures ont été recueillies en ligne par le réseau Vigilance OGM au Québec et le Réseau d’action canadien de la biotechnologie (CBAN).

« De nombreux consommateurs nous disent qu’ils n’ont pas acheté de maïs sucré l’an dernier afin d’éviter le risque qu’il soit génétiquement modifié », a déclaré Lucy Sharratt de CBAN.

« Sans étiquetage des aliments OGM, les consommateurs sont maintenus dans l’obscurité », a déclaré M. Nault.

En octobre dernier, CBAN a trouvé du maïs sucré génétiquement modifié dans des échantillons de maïs sucré en Colombie-Britannique, Alberta, Ontario et Nouvelle-Écosse. Puis, à la fin octobre, les tests effectués lors de l’émission les Verts contre-attaquent de Télé-Québec en ont détecté au Québec.
« Les chaînes de détaillants devraient saisir cette occasion pour créer des sections entières garanties sans OGM. Cela atténuerait les maux de tête pour les détaillants et les consommateurs », a déclaré Sharratt .

Il y a actuellement très peu de fruits et légumes génétiquement modifiés qui pourraient se trouver sur les étalages de nos épiceries canadiennes. En plus du maïs sucré cultivé au Canada et aux États-Unis, il pourrait y avoir la papaye OGM d’Hawaii et de la Chine et certaines variétés de courgettes OGM des États-Unis. En outre, une pomme ne « brunissant pas » pourrait être approuvée au Canada et aux États-Unis cette année

Voici un exemple de lettre envoyée aux épiceries.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *