Soutenez-nous

Pomme OGM

pommeEn 2012, une compagnie canadienne, Okanagan Specialty Fruits, a demandé l’homologation d’une pomme génétiquement modifiée, dite pomme Arctic. Cette pomme a été génétiquement modifiée (GM) pour ne pas brunir. Elle vient d’être acceptée par le Canada ainsi qu’aux États-Unis et pourrait être le premier fruit GM cultivé sur le continent américain. Cette pomme GM est à deux pas de nos assiettes et pourrait arriver dans nos épiceries en 2016, même si la Fédération des pomiculteurs  du Québec et les consommateurs s’y opposent. Il faut maintenir la pression sur les chaînes d’épiceries qui peuvent encore décider de ne pas les vendre !

Pourquoi cette pomme OGM ?

Cette pomme est génétiquement modifiée afin de ne pas brunir une fois coupée. Si cela arrive sur le marché, ce sera seulement le deuxième fruit GM dans le monde, après la papaye en provenance d’Hawaii, et le premier à être cultivé au Canada.

Même si la compagnie annonce que les pommes GM fraiches vont être identifiées sous le logo  »Arctic », il ne sera pas indiqué ‘’génétiquement modifiée’’. Il est difficile de croire que les jus, les pommes déjà tranchées ou autre produits issus de la pomme GM seront identifiés sans obligation légale.

À ce jour, cette pomme GM n’est autorisée qu’au Canada et aux États-Unis

De fait, plusieurs associations de pomiculteurs du Canada et des États-Unis s’opposent à la pomme OGM, dont la Fédération des pomiculteurs du Québec (FPPQ) et BC Tree Fruits.

Passez à l’action

Savez-vous si votre épicerie vendra des pommes OGM? Contactez-les afin de leur demander, cela prend 1 min!

METRO

IGA

LOBLAWS

PROVIGO

Pouvez-vous nous faire parvenir leurs réponses à notre adresse :
contact@infoogm.qc.ca

Pourquoi si opposer ?

  • les consommateurs n’ont jamais demandé à acheter des pommes OGM;
  • la fédération des pomiculteurs du Québec (FPPQ) ont déjà rejeté la pomme OGM;
  • la contamination génétique des pommes non-OGM constitue un risque sérieux pour la biodiversité et pour tous les pomiculteurs;
  • les consommateurs canadiens qui ne veulent pas manger d’OGM risquent de devoir cesser de manger des pommes, puisque ni le Canada, ni les États-Unis n’imposent l’étiquetage obligatoire des OGM;
  • les pommiculteurs biologiques risquent de voir leur certification retirée advenant la contamination de leur production par des productions OGM;
  • les ressources de Santé Canada et de l’ACIA devraient être consacrées à autre chose que l’approbation d’un nouvel OGM dont personne ne veut;
  • le gouvernement devraient consulter les producteurs et les consommateurs avant d’approuver un nouvel OGM.

Comment la pomme OGM est conçue ?

Afin que la pomme génétiquement modifiée (GM) ne brunisse pas, la compagnie Okanagan Specialty Fruits a fait taire un gène dans la pomme qui contrôle le brunissement en insérant l’ADN modifié de pomme ainsi que du matériel génétique à partir d’au moins trois espèces différentes :

  • Un « commutateur de gène régulateur » issu d’un virus de plante ( mosaïque du chou- virus de promoteur : CaMV 35S ) ;
  • Une « séquence de terminateur » issue d’une bactérie ( Agrobacterium tumefaciens prélevé sur son gène de la nopaline) ;
  • Un gène marqueur résistant aux antibiotiques issu d’une bactérie ( Streptomyces kanamyceticus ) , dans ce cas le gène nptII ( qui lui confère une résistance à l’antibiotique kanamycine) .