Soutenez-nous
Actualités

Sommet sur l’alimentation : Vers l’étiquetage des OGM ?

Montréal, le 6 sommet alimentationseptembre 2016. – Vigilance OGM et l’ACEF de Québec sont heureux d’apprendre que la question de l’étiquetage des organismes génétiquement modifiés (OGM) fait partie de l’enjeu 3 de la rencontre « À l’écoute des consommateurs d’aujourd’hui et de demain ». Cette première rencontre préparatoire  en vue du Sommet de l’Alimentation 2017 organisé par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) se tiendra le 21 octobre prochain à Montréal. 

L’ événement, dont le ministre Pierre Paradis a fait l’annonce au Marché Jean-Talon aujourd’hui, offrira à Vigilance OGM ainsi qu’à l’ACEF de Québec une occasion de faire valoir auprès de nombreux acteurs, dont le MAPAQ, les intérêts de leurs membres et d’une partie de la population quant au droit à l’information sur les OGM. « Ça fait plus d’un an que le ministre parle activement d’étiquetage obligatoire des OGM au Québec. Pour nous, il s’agit d’une occasion afin de passer de la parole aux actes. » affirme Thibault Rehn, coordonnateur de Vigilance OGM.

M Paradis était accompagné de M. Ricardo Larrivée, qui sera conférencier d’honneur lors de la rencontre ou les consommateurs et l’ensemble des acteurs de la chaîne agroalimentaire, qu’ils soient petits ou grands auront l’occasion de s’exprimer. M. Paradis a réaffirmé sa volonté d’agir en prenant exemple sur le Vermont quant à l’étiquetage des OGM au Québec : «Il faut faire preuve de leadership. On est conscient de l’urgence d’agir! ».

De plus, comme constaté dans le dossier de l’appellation « Produit du Québec » cet été, la majorité des acteurs agroalimentaires sont prêts à défendre les mécanismes d’étiquetage en matière d’identification de l’origine des produits. « Le gouvernement du Québec a un rôle important à jouer quant au dynamisme de l’agriculture et des régions québécoises. Améliorer la transparence dans les étiquetages ne peut que favoriser l’essor d’une agriculture plus locale, écologique et collaborative ! » avance Thibault Rehn.

De nombreuses associations de consommateurs, telles que l’ACEF de Québec, voient aussi ce sommet d’un bon œil, tout en espérant que des mesures concrètes y seront prises. « Ce que les consommateurs demandent, c’est le respect de leur droit à l’information et de leur libre-choix. Ils veulent savoir où se trouvent les OGM tout simplement, comme on peut actuellement savoir où se trouve le sucre, afin de faire des choix en fonction de leurs préoccupations, qu’elles soient environnementales, économiques, sanitaires ou autres. » précise Denis Falardeau, directeur général de l’ACEF de Québec.
Vigilance OGM et l’ACEF de Québec prendront activement part au Sommet afin d’informer, de sensibiliser et de mobiliser les acteurs sur l’importance de l’étiquetage obligatoire des OGM. « L’agriculture québécoise se trouve à un tournant important. Les consommateurs réclament une agriculture plus respectueuse de l’environnement et de la santé, avec moins d’OGM et de pesticides. » constate M Rehn. « Ce sommet permettra-t-il d’échanger sur ces questions ? De relever le défi de l’étiquetage ? Si tout le monde est en mode solution et action, on devrait y arriver. » Les citoyen-ne-s sont invité-es à participer à la démarche de consultation en s’exprimant pour l’étiquetage des OGM  sur la plateforme web citoyenne mise en place pour l’occasion.

Exprimez vous : Sommet agriculture

 

 

Tagged: , , ,

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *