Sortir du glyphosate

​Et oui, il se pourrait bien que les pesticides soient encore présents cette année, dans tous les médias.

Ce qu’il faut savoir : l’été dernier, Santé Canada proposait d’augmenter la limite de résidus maximale (LMR) de certains pesticides sur plusieurs de nos aliments. Quelques jours plus tard, nous avons appris que cette proposition émanait des firmes vendant ces pesticides, telles que Bayer et Syngenta.

L'ampleur de la réaction populaire et médiatique a alors poussé le gouvernement à « éteindre le feu ». Résultat : il a repoussé sa décision à plus tard, soit après les élections de l’automne 2021, au printemps.

Nous y sommes !

Vigilance OGM a décidé de remettre la lumière sur ce dossier pour ne pas voir une énième augmentation de notre exposition aux pesticides.

Il est maintenant temps de se tenir debout face aux lobbys et au manque de transparence de nos gouvernements. 

Pour nous soutenir dans cet objectif, nous vous invitons à signer le manifeste #sortirduglyphosate et participer aux futurs appels à l’action.

Faites comme de nombreux citoyen.ne.s engagé.e.s au Québec et apposez des autocollants dans votre épicerie. Vous pouvez aussi partager à votre réseau cette vidéo humoristique réalisée par Vigilance OGM et l’humoriste Christian Vanasse, qui dénonce la complaisance du gouvernement envers les demandes des industriels de l’agrochimie.
 

POURQUOI AUTANT DE GLYPHOSATE DANS NOS ASSIETTES ?

Outre une agriculture tournée vers les herbicides à base de glyphosate, on a attribué au tristement célèbre agent actif de la firme Bayer-Monsanto un nouvel usage : celui de permettre de récolter plus rapidement les cultures comme les lentilles, les pois, pois-chiche ou le blé par exemple. En traitant un champ juste avant sa moisson, on s'assure de tuer la culture « d'un coup ».

Une pratique qui n'est pas sans conséquence : on observe alors une augmentation très importante des résidus de glyphosate sur les aliments ayant subi ce traitement tardif. Un problème soulevé au moment de l'exportation des récoltes - c'est d'ailleurs pour faciliter les échanges commerciaux que les compagnies de pesticides ont demandé cette augmentation de la LMR. Sans penser que l'on pourrait réduire à la source notre usage des pesticides en évitant cette pratique (comme le font de nombreux pays).

Signez

Sortir du glyphosate

Passons à l'action pour enfin sortir de notre dépendance aux pesticides !